France Blog    Découvrez sur ce blog le quotidien de nos athlètes, le détail de nos évènements, sans oublier la façon dont les produits Garmin peuvent vous aider au quotidien.

Rencontre avec les membres de la Team Garmin-Sharp n°2 : Nick Nuyens & Johan Vansummen

5 avril 2013 @ 12:10 / Athlètes / Evénements & Partenariats / Team Garmin


A l’occasion du Paris-Roubaix, nous partons à la rencontre de deux nouveaux coureurs de la Team Garmin : Nick Nuyens et Johan Vansummen.

Atheltes

Nick est un nouvel arrivant dans la formation mais certainement pas dans la compétition. C’est un vétéran des Classiques, qui a notamment remporté le Tour des Flandres deux fois, en moins de 23 ans et dans la catégorie élite. Son expérience sera précieuse dans les courses d’Europe du Nord durant ce printemps.

Johan est dans son jardin à Roubaix puisqu’il a remporté l’édition 2011. C’est un pur produit Belge qui a grandi sur un vélo et ne peut jamais passer trop de temps loin d’une selle. Et oui, il a toujours fait partie des plus grands de sa classe.

Quel est votre premier souvenir de vélo ?

Nick : Mon premier souvenir de vélo est mon père sur son vélo, concourant en amateur et que je prenais plaisir à accompagner et à regarder. Puis quand nous étions chez moi avec mes amis qui vivaient dans le même quartier, nous faisions toujours la course entre nous. Nous n'étions pas vraiment autorisés à le faire, mais... vous savez comment ça se passe !

 Johan : Quand j'avais sept ou huit ans, je suis allé avec mon père et ses amis sur une sortie. J'avais un petit vélo. Oh, pas si petit parce que j'ai toujours été un peu plus grand que les autres ! J'ai été autorisé à rouler pendant seulement deux kilomètres avec lui et puis j'ai dû rentrer. Je voulais continuer mais heureusement j'ai pu le faire rapidement quelques temps après.

Je suis parti en pension ensuite, mais dès que je retournais à la maison le week-end, mon père avait préparé un parcours vélo en montagne et c'est ainsi que j'ai commencé vraiment commencer à en faire.

Quelle est votre course favorite ou votre type de course préféré ?

Johan : J'aime Paris-Roubaix, car c'est celle qui me convient le mieux - vous pouvez avoir beaucoup plus de plaisir dans une course où vous pédalez pour gagner que lorsque vous arrivez 40 minutes derrière le vainqueur d’une compétition.

Nick : Le Tour des Flandres et ça l’a toujours été. Ce n'est pas vraiment une grande surprise quand vous avez grandi sur ces circuits. Vous habitez en Flandre et vous regardez la course à la TV ; puis vous commencez à faire du vélo vous-même et vous vous voyez devenir bon sur cette course; et finalement je la gagne en moins de 23. Je suis en vacances en Belgique !

Si vous n’étiez pas devenus cyclistes professionnels, vers quel métier vous seriez-vous orientés ?

Nick : Je ne suis pas sûr. J'ai étudié la communication ainsi que la science des médias et j'ai toujours été intéressé par le marketing. J'avais vraiment de l'intérêt pour les médias et les coulisses d’événements, donc ca aurait pu être quelque chose dans ce style là.

Johan : J'ai eu la possibilité d'étudier, ce n'était pas un problème - peut-être que j'aurais pu devenir médecin, comme mon père. Je pouvais passer pas mal de temps à étudier et tout étudier, mais j’étais aussi très actif, et les écoles n’aimaient pas vraiment ça. Mon père m'a dit, « Ok, tu as un an pour essayer de devenir cycliste et si cela ne fonctionne pas, tu arrêtes et tu vas à l'école. Mais je suis devenu professionnel un an plus tard.

C'est pourquoi il m'a donné cette chance - il sait que les études sont importantes, mais la plus belle chance est de faire les choses que vous aimez et si vous pouvez le faire professionnellement, c'est encore mieux.

Qu’est-ce que vous appréciez le plus une fois rentré à la maison après une longue période de course loin de chez vous?

Johan : Rien de spécial, je suis habitué à cette situation. Je n'ai pas de problème quand je suis loin de la maison. Parfois, nous allons à un restaurant ou autre part, mais il n'y a rien que je me sente obligé de faire en rentrant. A part peut-être quand je suis vraiment fatigué, comme après la dernière classique Amstel, là j’avais vraiment envie de pouvoir manger des frites à nouveau !

Nick : Je veux embrasser mes enfants. Egalement ma femme, mais plus les enfants parce qu’elle, je l'ai déjà vue à l'aéroport. Je ne pense pas que ça soit vraiment une surprise.

Quel type de plat êtes-vous le plus impatient de retrouver ?

Nick : Aucun en particulier, peut-être mon café préféré ? Juste rentrer à la maison et retrouver sa zone de confort, c’est ça le meilleur.

Que faites-vous quand vous voulez vous changer les idées en dehors du vélo ?

Nick : Peu de choses en fait. J'aime regarder le football (NDLR : il supporte Anderlecht). Le fait d'être juste avec mes amis, pas forcément aller en discothèque, mais juste être auprès d'eux. Et ensuite aller dîner. J'aime écouter de la musique aussi. J'aime la "dance", la "house trance", ce type de musique.

Johan : Même quand je suis en vacances je veux toujours remonter sur mon vélo - mais pas vraiment pour m'entrainer, juste pour passer du temps avec mes amis, rouler pendant une heure et prendre un café. J'apprécie vraiment ça, pour moi, c'est vraiment sympa. Dans les saisons où on peut facilement pratiquer du vélo, je n'ai pas vraiment d'autres hobbies. Avec plus de 100 courses cette année, je me lève le matin et je m'entraine, puis je m'assois sur le canapé et ma femme me fait un bon dîner et puis au lit - c'est l'hygiène de vie d'un cycliste : de l’entraînement et du repos.

Qu’est-ce que les fans qui vous suivent seraient surpris d’apprendre à votre sujet ?

Johan : Je ne sais pas. Beaucoup de choses ont été écrites sur moi. Désormais, si un journaliste appelle, je ne sais pas quoi dire parce que j’ai déjà tout raconté sur moi quinze fois ! Je n'ai pas de secrets !

Nick : J’ai une superstition. Je dois toujours vérifier que ma roue avant est verrouillée. Cela n'a rien à voir avec les mécaniciens, ils sont excellents. C'était il y a 15 ans, peut-être plus, je rentrais de l'école et hop - je me suis arrêté, mais ma roue avant a poursuivi son chemin ! Ce n'était pas une expérience agréable. C'est stupide, mais maintenant je la vérifie toujours. Si j'oubliais de le faire avant que la course ne commence, je m'arrêterais dans la zone neutre et je vérifierais !


S’abonner au blog

powered by Google


Commentaires:


Poster un commentaire:

Comments are moderated, and will not appear on this weblog until a moderator has approved them.

READ BEFORE POSTING:
If you have a question about product support, investor relations, or media relations, click on those links. This blog isn’t designed to handle those requests, and your comment will unfortunately go unanswered.


Agree to terms? (required)

By submitting a comment for possible posting to the Garmin blog, you specifically grant permission to Garmin to publish your name, story, and/or testimonial, along with any associated photographs or digital images, on the Garmin blog and in Garmin's internal quarterly newsletter, in Garmin's marketing materials, and on the www.garmin.com website.