France Blog    Découvrez sur ce blog le quotidien de nos athlètes, le détail de nos évènements, sans oublier la façon dont les produits Garmin peuvent vous aider au quotidien.

Rencontre avec les membres de la Team Garmin-Sharp n°1 : Caleb Fairly & Andreas Klier

14 mars 2013 @ 08:46 / Athlètes / Evénements & Partenariats / Team Garmin


Nous vous proposons sur le blog de partir à la découverte des coureurs de la Team Garmin-Sharp. Nous vous dévoilerons tout au long de l’année leurs portraits croisés afin de pouvoir les découvrir sous un nouveau jour. Les premiers coueurs que nous vous présentons sont Caleb Fairly et Andreas Klier.Andreas+caleb.jpg

Andreas Klier et Caleb Fairly

Caleb vient tout juste de débarquer dans la team. Il a commencé sa carrière de cycliste chez Slipstream, dans le programme de formation, et découvre après 2 ans le haut niveau. Natif du Texas, il est sur un vélo depuis l’âge de 3 ans et nous révèle n’avoir jamais eu besoin de petites roues !

A l’inverse, Andreas, qui a débuté sa carrière professionnelle en 1996, est un ancien du vélo. A  36 ans, il n'envisage pas encore d’arrêter ! En dehors de sa passion, il s’implique pour son projet caritatif « My Knoaky », qui récolte des fonds pour planter des arbres afin de préserver la planète.

Quel est votre premier souvenir de vélo?
Caleb : J’avais un petit vélo, au motif tigré, quand j’avais 3 ans. C’est sur ce vélo que j’ai retiré les petites roues. Enfin, mon père les a retirées. Je n’en avais pas besoin ! J’ai passé tellement de temps sur le cadre du vélo de mon père que je connaissais déjà toutes les sensations de l’engin !

 Andreas : J’ai 36 ans vous savez, ça remonte à trop longtemps pour bien m’en souvenir ! Je sais juste que j’ai commencé assez tôt, vers 2 ans et demi, selon mes parents. Nous vivions dans un appartement et c’est dans celui-ci que j’effectuais mes premières courses avec mes amis !

Si vous n’étiez pas devenus cyclistes professionnels, vers quel métier vous seriez-vous orientés ?
Andreas : Un boulot normal je suppose. J’ai toujours voulu être cycliste professionnel donc je ne sais pas vraiment ce que j’aurais pu devenir d’autre. Je ne sais d’ailleurs pas ce que je ferais après ma carrière ! Je suis toujours passionné par le vélo donc je ne pense à rien d’autre, même avec mes 36 ans au compteur. J’ai en revanche quelques idées sur ce que je ne voudrais pas faire mais pour le reste, aucune certitude.

Caleb : C’est dur de l’imaginer. Je pense que j’aurais quand même été impliqué dans le monde du sport d’une façon ou d’une autre… peut-être dans le commerce sportif ou les affaires.

 Quelle est votre course favorite ou votre type de course préféré ?
Caleb : Mes courses de prédilection sont les courtes, avec du relief, comme le circuit des Ardennes ou certaines courses en Italie, parce qu’elles me correspondent mieux. Les courses de ce type sont rares donc elles ont toutes ma préférence !

Andreas : Les courses belges. Pour moi ce sera toujours les compétitions belges. Le soutien des supporters et l’atmosphère y sont uniques. Après, il y a aussi des étapes particulières, comme celle des Champs-Elysées…

Que faites-vous quand vous voulez vous changer les idées en dehors du vélo ?
Caleb : Euh… je mange ! Je sors avec ma femme, je rentre chez moi en famille, éventuellement je pars camper. Parfois, mes frères et moi partons pêcher en rivière. Pas de pêche à la mouche ou sur un lac. Dans le courant ! C’est plus difficile, il faut se jeter à l’eau avec sa canne. Et je pêche avec des vers en plus. Uniquement des vers. Bref, une activité extérieure pour m’aérer l’esprit.

Andreas : Je me consacre entièrement à mes enfants et ma femme. En hiver je passe mes journées entières avec eux. De temps en temps, prendre une baby-sitter pour passer des moments privilégiés avec ma femme également. Bref, des choses simples que tout le monde fait quand il est à la maison.

Qu’est-ce que vous appréciez le plus une fois rentrés à la maison après une longue période de course loin de chez vous ?
Andreas : Le jardinage et amener les enfants à l’école. Je vis à Mallorque donc il n’y a pas grand chose qui pousse mais j’ai quand même quelques ingrédients pour mes salades et des olives de mes arbres ! Sinon, juste les choses banales de la vie d’un mari et père de famille. J’essaie d’avoir au maximum une vie normale comparé à la vie en compétition ; les premiers jours sont souvent difficiles si on rentre après une longue absence mais on s’y habitue tôt ou tard.

Caleb : Juste un plat cuisiné maison. Vous savez, quelque chose qui ne soit pas du riz ou du poulet ! Mais aussi parler à quelqu’un d’autre que Pete Stetina par exemple (son coéquipier chez Garmin). Parler avec ma femme et ma famille.

Quel type de plat êtes-vous le plus impatient de retrouver ?
Caleb : Un bon vieux barbecue ou n’importe quel plat cuisiné par ma mère ou ma femme !

Andreas : Ça n’a peu d’importance. Je suis juste heureux d’être à la maison, de dormir et manger chez moi, peu importe ce que ma femme cuisine ! Je suis juste content de retrouver mon frigo, avec le yaourt que j’aime acheter. MON yaourt favori !


S’abonner au blog

powered by Google


Commentaires:


Poster un commentaire:

Comments are moderated, and will not appear on this weblog until a moderator has approved them.

READ BEFORE POSTING:
If you have a question about product support, investor relations, or media relations, click on those links. This blog isn’t designed to handle those requests, and your comment will unfortunately go unanswered.


Agree to terms? (required)

By submitting a comment for possible posting to the Garmin blog, you specifically grant permission to Garmin to publish your name, story, and/or testimonial, along with any associated photographs or digital images, on the Garmin blog and in Garmin's internal quarterly newsletter, in Garmin's marketing materials, and on the www.garmin.com website.